Une tribune pour les luttes

EN ATTENDANT GODOT

Farce Moderne opposable ...

Article mis en ligne le vendredi 5 janvier 2007

Et ouais, ainsi, vous n’êtes pas sans savoir que ce dessine un Grenelle des Logements 2007 sur la base d’un Droit au Logement Opposable. Twisted Evil Gôche plurielle et UMP à l’unisson pour des accords nationaux.

Acte 1

Vladimir : Un droit au logement opposable.... Opposable à quoi ? Au droit à la Propriété ?
Estragon : Heu.... Hum !.... Ah ben non alors ! La propriété est couverte par des lois divines et immuables !
Vladimir : Ah bon ?!
Estragon : Oui les 10 commandements de l’ancien et du nouveau testament.
Vladimir : 10 ! comme au foot ?
Estragon : Oui, le 11ième c’est le gardien.
Vladimir : Et c’est quoi les commandements qui sont concernés dans ce cas présent
Estragon : Le septième commandement est le suivant : « Tu ne voleras pas ». C’est ce qui est écrit dans la plupart des Bibles quelque soit la religion. Dans la Bible "La Bonne Nouvelle" il est même écrit ceci : « Ne prends à personne sa liberté et sa propriété. ».
Traitons ensemble les deux derniers commandements car leurs contenus sont très proches l’un de l’autre. Dans la Bible Scoffield qui est une version luthérienne de la Bible, le neuvième commandement est formulé ainsi : « N’envie pas à ton prochain sa maison » et le dixième : « N’envie à ton prochain ni sa femme, ni son serviteur, ni sa servante, ni ses boeufs, ni son âne, ni rien qui ne lui appartienne. »
Dans la version corrigée en 1984 de la Bible de Luther, le neuvième commandement est à peu près semblable : « Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain » et le dixième commandement : « Tu ne convoiteras ni la femme, ni le serviteur, ni la servante, ni les boeufs, ni l’âne, ni rien de ce qui appartient à ton prochain. »
Dans la Bible "La Bonne Nouvelle" le neuvième et le dixième commandement sont réunis en un seul : « N’essaie pas de t’approprier ce qui appartient à autrui, ni sa femme, ni ses esclaves, ni ses boeufs ou ses ânes, ni rien de ce qui lui appartient. »
Vladimir : Mais moi, qu’est-ce qui m’appartient vraiment ?
Estragon : Ben tu t’appartiens à toi même c’est déjà une grande liberté.
Vladimir : Oui effectivement, je vois ça. Et Godot, il vient quand ?
Estragon : J’en sais rien, j’attends comme toi et avec toi.
Vladimir : Alors à quoi ce Droit au logement sera t’il opposable ?
Estragon : Ben aux logements sociaux, je présume. Voir au droit à l’hébergement pérenne et durable.
Vladimir : pérenne et durable, tiens comme nous, on est pérenne et durable.
Estragon : Oui enfin nous, on est plutôt flexible et corvéable.
Vladimir : Oui mais on est librement flexible et corvéable.
Estragon : Et alors ?...
Vladimir : Et alors, j’en sais rien, on verra bien, il faut attendre Godot.
Estragon : On va encore se faire avoir ?
Vladimir : Etre ou avoir tel est l’éternelle question.
Estragon : Eternelle, mais on ne va pas attendre Godot éternellement, tout de même ?
Vladimir : Pourquoi pas ? T’es libre non ?
Estragon : Au fait, le droit au logement existait déjà, non ?
Vladimir : Bien sûr, c’est même écrit au JO. C’est la Loi n°89-462 du 6 juillet 1989, modifiée par Loi n°2002-73 du 17 janvier 2002 art.158, et consolidé par une version du16 juillet 2006.
Estragon : Et elle disait quoi cette loi ?
Vladimir : un truc du genre : " Le droit au logement est un droit fondamental ; il s’exerce dans le cadre des lois qui le régissent. L’exercice de ce droit implique la liberté de choix pour toute personne de son mode d’habitation grâce au maintien et au développement d’un secteur locatif et d’un secteur d’accession à la propriété ouverts à toutes les catégories sociales..."
Le reste de cette loi est consultable ici
Estragon : Tu t’y connais en loi ?
Vladimir : Autant que toi dans les commandements divins
Estragon : C’était quoi le problème alors ?
Vladimir : Ben rien, seulement jusqu’à présent, ce droit n’était pas OPPOSABLE, maintenant il va l’être...
Estragon : Mais OPPOSABLE à quoi ???
Vladimir : C’est ce que je t’ai demandé, maintenant tu me retourne la question.

Vladimir et Estragon jouent aussi souvent au jeu du Ni OUI, ni NON... Le 29 Mai 2006 pourtant, les deux compères ont perdu sans rien y comprendre.
Estragon : Godot aura la réponse, c’est pour cela qu’il faut l’attendre.
Vladimir : Peut être est-il déjà passé ?
Estragon : Peut être ?
Vladimir : Il faut attendre pour en être certain.
Estragon : Au fait, c’était quoi le problème alors de la loi de 1989 ?
Vladimir : Rien, seulement jusqu’à présent, les droits de cette loi n’étaient pas OPPOSABLE, maintenant ils vont l’être...
Estragon : Mais OPPOSABLE à quoi ???
Vladimir : : Opposable à d’autres droits en vigueur, évidement ! et d’autres lois en application.
Estragon : Hummmm... Ben on a le temps d’attendre alors ?
Vladimir : Ben oui, on peut bien, dans ce cas, attendre Godot.
Estragon : Oui c’est là toute l’astuce d’une annonce officielle, c’est de faire attendre qu’une nouvelle loi entre en application...
Vladimir : Un peu comme la gratuité des transports pour les chômeurs et précaires (sous conditions de ressources ?) d’IdF annoncé par Mr Huchon lors des dernières régionales... Certains attendent toujours l’application de cette promesse, comme tant d’autres.
Estragon : Tu crois qu’il attendait Godot, lui aussi ?
Vladimir : J’en sais rien ? Et si on s’était trompé de salle d’attente ?
Estragon : Mais non. Godot ne serait pas passé voir Huchon.
Vladimir : Pourquoi pas ?
Estragon : Parce qu’il doit passer nous voir Nous.
Vladimir : Oui mais quand ?
Estragon : Par contre, T’abuses un peu là, les transports étaient gratuits toute la nuit du 31/12 de 17h00 jusqu’au 01/01/2007 à 12h00.
Vladimir : Godot a donc dû passé par là ?
Estragon : ... sans commentaire
Vladimir : Manque de bol, je me suis fait contrôler à 12h01, c’est con ça, non ?
Estragon : Oui c’est con, mais c’est la loi - dura lex, sed lex !
Vladimir : Et c’est pas opposable ça ?
Estragon : J’en sais rien, tu t’es opposé toi ?
Vladimir : non mais j’ai contesté le PV.
Estragon : A qui ? Godot ? c’est effectivement contestable ?!
Vladimir : ben oui, c’est une logique de droit : si ce n’est pas opposable, alors, c’est contestable.
Estragon : Alors pourquoi ne pas faire un droit au logement contestable ?
Vladimir : Parce que les contestaires protestent et les protestataires contestent.
Estragon : Logique.
Vladimir : Je ne sais pas, il faudra demander à Godot.
Estragon : Lorsqu’il viendra, car pour le moment, on attend.

source : cnt.ait.caen.free.fr

et pour voir la suite et peut être un acte 2...

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Humour ? c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 190