Une tribune pour les luttes

RESISTONS ENSEMBLE / bulletin numéro 109/ Juin 2012

Contrôles d’identité : L’arbre qui cache la forêt ?

Article mis en ligne le mardi 12 juin 2012

Bonjour,

Voici en pdf, le No 109, JUIN 2012, du petit journal mobile recto-verso A4
"RESISTONS ENSEMBLE" du réseau contre les violences policières et sécuritaires.
Il est destiné à être photocopié et à être diffusé localement, si le journal
vous plaît. Vous êtes invitEes à participer à son élaboration, à sa rédaction,
à se joindre à l’équipe de rédaction. Nous attendons vos contributions,
propositions, critiques ...

à bientôt.
L’équipe de réaction

Pour télécharger ce bulletin mis en page au format pdf :
http://resistons.lautre.net/spip.php?article499



L’arbre qui cache la forêt ?

L’annonce faite par Ayrault de l’introduction des tickets de contrôles d’identité a fait énormément de bruit médiatique. Les syndicats policiers crient au scandale, perte d’efficacité, paperasserie, stigmatisation de la police… Le pouvoir la présente comme une mesure de gôche, comme la fin du «  contrôle au faciès », à l’instar des expériences menées en Espagne et en Grande Bretagne. Dans ce tohu-bohu où chacun défend son bout de gras son aspect répressif disparaît sous le vernis de gôche. À savoir : qui dit récépissé, dit souche, dit fichage. Jusqu’ici un « simple » contrôle d’identité n’était pas enregistré, si le projet passe, il le sera par le carnet à souche.
À Fuenlabrada, ville de 209 000 habitants au sud de Madrid 17 000 souches après trois ans d’existence. «  Les formulaires permettent de savoir qui était avec qui à quel endroit, à quel moment, et de faire ensuite ces recoupements dans le fichier », explique, satisfait, le sergent David Martin Abanades.
On va voir comment, au bout de divers marchandages, cette mesure finalement formulée, il y aura au mieux un peu moins de harcèlement pour les « contrôlés », en revanche, certainement, un fichage géolocalisé de la population «  cible » (cités, immigrés…) jamais atteint jusqu’ici.
Quant au fond, carnet ou pas, rien ne changera. Contrairement à Sarkozy, la gôche reconnaît la pratique du contrôle au faciès, mais elle en rend responsables quelques flics «  brebis galeuses ». C’est un camouflage. C’est l’État et sa police qui carburent au faciès. C’est un tout, c’est une politique. Ce n’est pas l’introduction des « tickets » de papier qui empêchera les crimes policiers comme la mort entre les mains de la police de Hakim Ajimi, d’Ali Ziri, de Lamine Dieng, d’Amine Bentounsi, de Wissam El Yamni… Ni non plus les contrôles d’identités « simples » qui finissent par «  outrage et rébellion » ou à la morgue comme pour Youssef Madhi à Melun…
Il ne faut pas laisser l’arbre cacher la forêt.

PDF - 172.7 ko
RE109-JUIN-2012


Sommaire

’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’

- L’arbre qui cache la forêt ?

- Youssef Mahdi contrôlé, mort noyé

- « Que justice soit faite ! Stop ! Non aux flics voyous ! »

- La version Policière mise à mal dans les faits

- À Massy (91)

- Parole contre parole

- [ L A P R I S O N T U E ]

- [ C H R O N I Q U E D E L ’A R B I T R A I R E ]

Le procès « anti-terroriste » de Paris
La révolte internée
Liberté pour Samir !
Trois p’tits décrets et puis s’en va
Le printemps érable à l’heure de la répression
Annulation l’OQTF et régularisation de Moïse Diakité !

- [ A G I R ]

On n’oublie pas !

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Répression c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 995