Une tribune pour les luttes

OWNI

La presse dans la cour de l’Élysée

Sylvain Lapoix

Article mis en ligne le mercredi 1er février 2012

Le 1 février 2012

Avec les photos !
http://owni.fr/2012/02/01/presse-elysee-sarkozy-voeux/

Pour trinquer, rédacteurs en chef et vedettes de la presse se sont retrouvés à l’Élysée, où Nicolas Sarkozy recevait ce mardi soir les journalistes pour ses vœux aux médias. Entre courtisans à peine masqués, pâtisseries et éclat de joie pour la vente des avions de combat Dassault, le rendez-vous a viré à la belle comédie humaine Que nous avons suivie de l’intérieur.

(...)

Chirac invitait les télés régionales chaque année pour ses voeux à la presse. Sarkozy, c’est la première fois ! Par contre, les fichiers sont un peu datés : certains grands chefs ont été oubliés et d’autres, plus vraiment aux manettes, ont été invités.

(...)

Nicolas Sarkozy ouvre son propos sur une métaphore : “comme dans un couple, lance-t-il en parlant de sa relation avec la presse, on va voir ailleurs, on rêve à autre chose“. “Mais vous êtes toujours revenus !”, coupe-t-il, soulevant quelques rires sincères. Une journaliste télé ne s’en étonne pas :
Qu’est-ce que vous vouliez qu’il dise ? Il a fait son grand oral dimanche, il est juste là pour le show. C’était très malin ce qu’il a fait, il a besoin de nous.

Le show continue et se termine sur quelques remerciements. Les applaudissements s’élèvent dans la salle, à la sidération de quelques-uns, dont des confrères de la presse étrangère et le rédacteur de ces lignes. Un journaliste de CNN remarque :
Vous avez des politiciens très intelligents en France (…) Un truc pareil aux États-Unis, c’est inconcevable, mais lui sait qu’il peut le faire et ça marche ! Il a raison de le faire, il a beaucoup progressé là-dessus depuis 2008. Et puis, il a besoin de la presse !

Comme pour un rappel, le Président remonte sur scène et reprend le micro, “s’il vous plaît ?”, il veut ajouter quelque chose. La France a remporté un gros contrat avec l’Inde pour la vente de Rafale, il mélange cette “bonne nouvelle” avec la situation internationale qui va marquer la campagne, à la crise de la presse frappée par la conjoncture économique. Instant patriotique. Le rappel terminé, nouveaux applaudissements, moins fournis, chez les journalistes. Impossible de voir si Serge Dassault a souri.

Car le patron du groupe aéronautique et propriétaire du Figaro marche parmi les invités. Il fait même partie des deux seuls invités ayant pu garer leur véhicule dans la cour. Avec également un cadre dirigeant de TF1, “Nonce Paolini, se hasarde un confrère. Les esprits taquins retiendront que Bouygues et Dassault peuvent garer leurs bagnoles à l’Elysée.

(...)

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

France c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 565

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 735