Une tribune pour les luttes


Quand le grand banditisme prend le contrôle de nos collectivités


Article mis en ligne le mercredi 9 mars 2011

La petite histoire du camarade Alexandre GUERINI

En tant que citoyen en colère, je vous transmets un résumé de la honte qui est devant nos yeux...(et que je suggère de faire circuler largement).

Rappel des faits

9 février 2009 : une lettre anonyme parvient au parquet de Marseille. Un mystérieux délateur prétend dénoncer de supposées malversations imputées aux frères Guérini, liées aux marchés publics. Le courrier est précis, argumenté. Dès le lendemain, une enquête préliminaire est ordonnée.

14 avril 2009 : Une information judiciaire pour "corruption, trafic d’influence, favoritisme, atteinte à la liberté d’accès et à l’égalité des candidats dans les marchés publics et détournement de fonds publics"." est confiée au juge Duchaine. Des interceptions téléphoniques révèlent que l’affaire touche 3 collectivités : MPM, le CG 13 et la CA du Pays d’Aubagne.

30 Novembre 2009 : deux perquisitions sont menées dans les locaux de la société d’Alexandre Guérini et son domicile, Des documents sont saisis. Des perquisitions sont menées au siège du CG 13 et dans les locaux de MPM.

Décembre 2009 : Alexandre Guérini porte plainte pour violation du secret de l’instruction. Dans la plainte sont visées les révélations de La Provence, du Point et du Monde. L’homme porte plainte pour dénonciation calomnieuse. Queyras Environnement, une société de traitement de déchets basée et dirigée par Eric Pascal, un ancien de la société Bronzo qui l’a créée en 2004 reçoit la visite des gendarmes. Alexandre Guérini explique "c’est un jeune qui démarre et que j’aide".

Juin 2010 : plusieurs gardes à vue d’employés de la société Queyras Environnement. Eric Pascal, le patron de Queyras Environnement et son fils Adrien sont écroués. Ils sont suspectés de corruption active, escroquerie en bande organisée, faux et usage de faux et abus de biens sociaux.

Les marchés publics de Jean Noël

Le juge Duchaine tente d’apporter la démonstration de l’existence d’un véritable "réseau".

À 48 ans, ce Limousin "assez froid mais profondément humain" a malmené, parfois contre vents et marées, un certain nombre de notables dont l’influence n’est jamais venue perturber le fil de sa pensée.

A Monaco où il a été envoyé en 1995 et tenté, en vain, de lutter contre le blanchiment d’argent.

En Corse, ensuite jusqu’en 2004, où il a tenté de faire le ménage au sein du milieu nationaliste.

A Marseille depuis 2004, les navettes du Frioul, c’est lui. Le cercle Concorde et le scandale de la SMS, c’est encore lui. Jusqu’où ira-t-il ? Après avoir fait trembler le Rocher et secoué l’Ile de Beauté, fera-t-il tanguer le Vaisseau bleu ?

Vol, fausse facturation....

La société Queyras travaille pour plusieurs intercommunalités comme Marseille Provence Métropole, celle d’Aubagne, celle de Salon... MPM et l’Agglo d’Aubagne payent Queyras sur la base de faux documents.

Le contenu des bennes était facturé à la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole et à l’agglo d’Aubagne, alors que les déchets provenaient de sociétés privées. Le préjudice est estimé à 2 millions d’euros. Les déchets litigieux étaient déposés dans des déchetteries (Cassis, Roquefort-la-Bédoule…) et à la décharge de LaCiotat. Queyras a donc facturé deux fois ces transferts, en faisant croire aux collectivités qu’il s’agissait de déchets ramassés pour elles.

Le 26 avril 2010, quatorze employés de Queyras sont placés en garde à vue. Ils reconnaissent l’existence d’une double facturation rapportant 15 000 euros par mois à la société, la fausse facturation permettant de soustraire 23 000 euros mensuels aux deniers publics

Sous contrôle judiciaire ..

Jeannie Peretti, la compagne d’Alexandre mise en examen pour "trafic d’influence et corruption passive".

Philippe Rapezzi, homme de confiance de Guérini qui dirige notamment la SMA Environnement et DG de SMA Médias, dont Guérini est le président a été mis en examen et écroué. Philippe Rappezzi, homme de paille de Damien Amoretti, à la tête de la SMAD, société holding, actionnaire à 49% de la SMA Vautubiére, dont l’autre associé est Alexandre Guérini

Eric Pascal, Dirigeant de Queyras Environnement et proche d’Alexandre Guérini qui, dans une récente interview, avait expliqué que "c’est un jeune qui démarre et que j’aide". Avec son fils, il est suspectés de corruption active, escroquerie en bande organisée, usage de faux et abus de biens sociaux.

Michel Karabadjakian, directeur adjoint à la propreté à MPM, est poursuivi pour "corruption passive".

Daniel Pinna, ex-directeur général des services de l’Agglo d’Aubagne, a été mis en examen mercredi pour détournement de fonds publics et complicité,

Christophe Bringuier, fonctionnaire de la communautés de communes d’Aubagne, mis en examen pour pour "soustraction et détournement de bien publics"

Mireille Duval, fonctionnaire de la communautés de communes d’Aubagne, mise en examen pour pour "recel d’abus de biens sociaux" et "complicité de détournement de fonds publics".

Stéphane Brunengo-Girard, écroué récemment dans une affaire parallèle de marchés publics frauduleux touchant à la Corse a permis avec ses sociétés de blanchir de l’argent du grand banditisme.

Antoinette Camiglieri, l’assistante du président de l’office HLM reçoit d’Alexandre Guérini pour distribuer des logements. Retranchée derrière son rôle d’intermédiaire elle dit n’avoir pas le pouvoir d’attribuer des logements.

Le petit Alexandre GUERINI

La veste en jean et les baskets, les habitudes au Cercle des nageurs de Marseille et l’écurie de chevaux de course (Vent du Sud, Lord du Sud et Irish Heroes) pour figurer parmi les meilleurs éleveurs français.. 55 ans, père de deux filles, "Alex" est un exubérant. Il est partout, au coeur de tous les réseaux, jamais très loin de son frère.

L’histoire du benjamin des Guérini commence dans le quartier du Panier, là où se retrouvaient souvent les Corses quand ils quittaient l’île pour Marseille. La famille est originaire de Calenzana. Le père Antoine est venu dans les années 50, pour rejoindre son frère qui lui a obtenu un travail "dans les HLM". Adolescence tumultueuse, quelques mauvaises fréquentations, les premiers pas d’Alexandre sont compliqués.

Il crée une société de plomberie, Rodillat. Elle travaille pour l’Opac Sud, l’office HLM du Département que préside Jean-Noël Guérini à partir de 1987. Il n’a jamais obtenu de marché direct du conseil général mais via son bailleur social, l’ex-Opac Sud, aujourd’hui 13 Habitat SMA Environnement a fourni au minimum 220.000 euros de prestations.

Après les tuyaux, il se lance dans les ordures ... Il multiplie les sociétés, contrôle les décharges de La Ciotat et de La Fare-les-Oliviers.
Le patron, Alexandre GUERINI

Alexandre Guérini, frère du président PS du Conseil général des Bouches-du-Rhône, est à la tête de plusieurs sociétés de tri des déchets

SMA Vautubière : CA annuel de 7,4 millions d’euros (Décharge de La Fare les Oliviers et des communes envirronnantes).
SMA Propreté basée à Vitrolles.
SMA Environnement : chiffre d’affaires de 9.170.000 €uros
Queyras Environnement (Décharge de la Ciotat).

Militant socialiste depuis longtemps, Alexandre Guérini fait partie du bureau fédéral socialiste des Bouches-du-Rhône. Il siège à la commission des adhésions.

À la Fédération, au CG comme à MPM, il touche à tout. 2009, il participe au choix des directeurs de service, de Caselli, entre dans tous les bureaux à sa guise,

Les enquêteurs entendent dans les écoutes Alexandre Guérini exiger le retrait d’un appel d’offres concernant une collecte sélective, menacer de “faire virer” les fonctionnaires trop scrupuleux, intervenir auprès de l’office HLM pour récupérer des logements destinés à ses obligés, obtenir du conseil général des emplois et des subventions pour des associations qu’il semble diriger en sous-main, faciliter l’attribution de marchés à des sociétés via le versement de commissions, voire commercer sans la moindre justification avec des officines spécialisées dans le blanchiment sur des comptes au Luxembourg, détenus par Alexandre Guérini. »

Il donne des ordres, récupère des informations privilégiées sur les appels d’offres. 2008, il était directeur de campagne officieux de son frère.

Véritable patron bis. En avril 2000, une commission de contrôle a recensé 63% d’adhérents fantômes dans la section sur laquelle il avait la haute main !

Le camarade Alexandre GUERINI

Il met les mains dans les négociations syndicales avec FO : plusieurs dirigeants phocéens de Force ouvrière, syndicat ultramajoritaire parmi les employés municipaux et les éboueurs, ont été nommés à des postes clés - au passage, le conseil général a racheté la villa de l’un d’entre eux.

Ainsi grace à ses interventions, l’office des HLM du département s’est empressé de racheter la maison du couple Argy, en charge du syndicat FO de territoriaux, quand bien même il apparait bien improbable de le transformer en logement social.

Madame a été engagée et promue en un temps record à la police de la propreté de la communauté urbaine, promotion visée par une plainte devant le tribunal administratif.

Et Monsieur jouit d’un statut fort envié. La mairie l’a chargé de gérer le futur stade Vélodrome, sachant que la gestion du Palais des Sports est déjà de sa responsabilité.

Corruption active et intimidation des élus ..

Le président PS de l’Agglopole Provence (Bouches-du-Rhône), Michel Tonon, dément mardi avoir favorisé financièrement Alexandre Guérini.Pourtant le montant d’une redevance que devait payer une société d’Alexandre Guérini pour l’exploitation de la décharge de l’agglomération de Salon-de-Provence, aurait été "diminué de moitié" après des pressions politiques impliquant le président du CG 13.

La décharge de la Vautubière, à La Fare-les-Oliviers, peut accueillir 160.000 tonnes par an, dont une partie est réservée aux déchets des 17 communes de l’Agglopole Provence le reste est commercialisée par l’exploitant, qui paie une redevance annuelle en plus d’une somme de 1,1 million d’euros par an correspondant au loyer et à la mise à disposition du matériel. Sur l’exercice 2009, une somme de 403.000 euros restait à payer, au titre de cette redevance, par la société d’Alexandre Guérini, SMA, qui exploite la décharge depuis 2005 au titre d’une DSP d’une durée de 16 ans.

Après une médiation, sans succès, le trésorier principal de Salon et SMA sont au TA. Entre le 7 août et le 10 septembre 2009, A. Guérini multiplie les échanges avec des élus de l’Agglopole pour faire pression, jusqu’à ce que Jean-Noël lui confirme de vive voix que le dossier « était réglé ».

Régis de Castelnau, son ami, ,a bien été nommé par l’agglopole Provence pour se charger du dossier. D’abord portée devant le TA, l’affaire s’est réglée grâce à des négociations. La redevance payée par Alexandre Guérini qui s’élevait à un million par an a été rabaissée à 500 000 €.

"Le montant de la redevance n’a pas été baissé et non, je n’ai eu aucune intervention politique en ce sens. Il a payé tout ce qu’il devait", a assuré M. Tonon, qui dément l’accusation de corruption passive.

Les liens avec Véolia (et maintenant EDF-Suez

PV des conversations écoutées par les gendarmes entre Henri Proglio l’ancien patron de Véolia et actuel président d’EDF et Alexandre Guérini, le chef d’entreprise et frère du président du Conseil Général Jean-Noël Guérini. Les deux hommes se connaissent bien. La société SMA ayant été rachetée à Alexandre Guérini en 2001 par le groupe Véolia.

Il faut donc soutenir les initiatives de l’ami Henri Proglio, et l’offre de sa filiale, la société Bronzo ((filiale de Veolia). Alors quans Eugène Caselli décide de l’écarter au profit d’ISS Environnement en dépit du rapport des services techniques, téléguidé par Guérini, des mesures de rétorsion s’imposent. Le rapport des services techniques de MPM favorise Bronzo, alors que le géant danois ISS proposait 50 agents de plus pour un budget inférieur de 4 millions.Pour suggérer de retenir le candidat le plus cher et le moins performant ? Des documents confidentiels attisent un mouvement de grève afin qu’Eugène Caselli ne suive pas la décision de la CAO. Mais Eugène Caselli déclare l’appel d’offres « sans suite » au nom de « l’intérêt général ». Conséquence, le ramassage des ordures à Marseille est totalement bloqué durant une semaine, jusqu’à ce que les salariés de Bronzo obtiennent gain de cause. Exactement comme cela se fait à...Naples ! Il n’a pas tord, Renaud Muselier, député UMP, en évoquant la Camorra avec cet exemplaire de Gomorra du livre de Roberto Saviano sur la Camorra qu’il offre à Caselli. Mais c’est à Jean Noel et Alexandre qu’il fallait l’offrir..

Déjà en juin 2009, dans une autre procédure dans un important marché de « transfert, tri, valorisation », la CAO, passait outre le rapport des services techniques encore une fois favorable à Bronzo-Queyras, avait choisi à l’unanimité la proposition de Sita-Sud, filiale de Suez, inférieure de 5 millions d’euros à celle de son concurrent. Après la déclaration d’annulation par Eugène Caselli, les élus avaient revoté à l’automne 2009 pour Sita-Sud.

Les marchés publics de Jean Noël et les sociétés de blanchiment

Le CG13 a passé plusieurs marchés avec ABT, sociétés d’Amoretti/Boudemaghe associés de Baresi et du clan Corse :

- 1 850 000 euros pour la construction d’une gendarmerie à Orgon,

- 143 500 pour le réaménagement d’un club senior à Saint-Jérôme

- 232 400 pour des travaux d’entretien dans le parc de l’ex-Opac Sud (13 Habitat).

- un marché public pour les espaces séniors.

Le CG13 fait appel aux services d’Alba Sécurité, dirigée par Carole Serrano, l’épouse de Baresi.

- 1,1 million d’euros + 1 million pour les « services déconcentrés » attribués en 2008

– deux lots de 500 000 euros chacun : affectation d’agents d’intervention dans les sites déconcentrés

- le gardiennage pour des sites de l’Opac Sud – montant non précisé (1 à 4 millions d’euros).

Sont également en ligne de mire des marchés de reprographie, l’attribution des logements de 13 Habitat, l’office HLM du département, et les agréments délivrés aux maisons de retraite. Ainsi la société Prodotec, qui commercialise du matériel de reprographie, obtient des marchés publics à l’Agglopole Provence, via l’intervention, et avec des contreparties, d’Alexandre Guérini et d’un fonctionnaire territorial.

Un réseau international de blanchiment

Patrick Boudemaghe, associé avec Damien Amoretti, a une activité variée qui va du bâtiment à la communication en passant par les déchets et l’immobilier. Né en 1959 à Paris, Patrick Boudemaghe apparaît dans le dossier Barresi-Campanella, dans l’enquête sur les marchés truqués de Haute-Corse et dans l’affaire Alexandre Guérini.

Installé depuis 2004 dans la région de Malaga, il menait grand train, avec une somptueuse propriété toute proche de la plage et plusieurs voitures de marque allemande. Il dirigeait avec son épouse des sociétés immobilières et agricoles (Activos Inmobiliarios del Lagar SL dont le capital a récemment été porté à 600 000 euros et PC & T Servicios al Promotor SL). L’homme avait également des intérêts en Pologne et des liens avec des structures basées en Angleterre et aux USA. Les enquêteurs voient en lui un maillon essentiel d’un vaste réseau de blanchiment d’argent international.

En France, où il possède une villa à Cabriès (Bouches-du-Rhône), Patrick Boudemaghe contrôlait plusieurs sociétés (ABT, AB Publicité, Chloé...). Elles avaient obtenu des marchés publics qualifiés de « truqués » par les gendarmes auprès de la Direction départementale des interventions sociales et sanitaires (Ddiss) de Haute-Corse, que dirigeait son cousin Pierre Olmeta.

Une société d’Alexandre Guérini travaille avec ces étranges investisseurs et met en place tout un système de « fausses facturations » et de « surfacturations », qui mène à des comptes à l’étranger. Par l’intermédiaire de Boudemagne, il est en contact téléphonique avec Bernard Barresi, le parrain marseillais arrêté en juin sur la Côte d’Azur. Des écoutes ont pu être réalisées par les enquêteurs : elles montrent que Bernard Barresi lui réclamait fréquemment des fonds en liquide.

L’argent sale devient propre, en passant par les décharges d’Alexandre et les marchés publics de Jean Noël !

Les marchés bénéficient à des sociétés gérées par MM. Boudemaghe et Amoretti, derrière lesquelles figure une société écran britannique contrôlée via les USA et ayant ses comptes au Luxembourg et des liens avec le clan Barresi-Campanella, figures du grand banditisme marseillais arrêté en juin après 18 ans de cavale.

Via la société SMAD dont il est l’unique associé, Amoretti est actionnaire à 49% de la SMA Vautubière présidée par Alexandre Guérin aux fins d’exploiter la décharge de La Fare-les-Oliviers pour l’agglomération de Salon (société chargée par l’Agglopole Provence (l’AP, qui regroupe dix-sept communes dont Salon-de-Provence et Berre-l’Etang). Ces sont vendues à une société du Luxembourg, détenue par une autre au Panama, elle-même gérée par une entité financière suisse. MCH, domiciliée à Bristol.

La décharge de La Ciotat est construite par des sociétés gérées par Damien Amoretti. Depuis fin octobre, Damien Amoretti séjourne à la prison de Luynes. Cet entrepreneur en maçonnerie est mis en cause dans une enquête visant des marchés du CG de Haute-Corse. Pierre Olmeta et son cousin Patrick...... Boudemaghe, arrêté en Espagne.

MCH apparait dans le capital d’ABT, l’entreprise de travaux publics de Damien Amoretti qui a réalisé de juteux marchés pour le CG13 et le SDIS. MCH contrôle Riviera International, présente aux côtés de la société de collecte des déchets Nicollin dans le marché de la Fare-les-Oliviers ....remporté par la SMA Vautubière. Son gérant Stéphane Brunengo-Girard sort des Baumettes, où il est écroué dans le cadre des marchés truqués de Haute-Corse. Enfin, un compte de six millions d’euros au nom de M. Guérini est découvert en Suisse. L’intéressé explique que cette somme provenait de la vente au groupe Veolia d’une de ses sociétés, pour 25 millions d’euros. Il en aurait perçu vingt, en liquide car sa participation de 80% dans la société était officieuse. Veolia a confirmé ledit rachat, fin 2000, mais pour 33,4 millions.

Et pour être tout à fait complet..la réaction de Jean-Noël Guérini

« Une fois de plus, un article publié ce mardi 15 février, en page 14 d’« Aujourd’hui en France », repris par de nombreux médias rend publics des éléments d’une instruction judiciaire en cours, au mépris du secret de l’instruction et de la présomption d’innocence. Alors que j’ai écrit au Procureur de la République de Marseille il y a plusieurs semaines pour lui demander de prendre toutes les mesures pour que cette affaire cesse d’être exploitée publiquement grâce à des fuites difficilement explicables, je remarque qu’aucune mesure n’a été prise pour que l’instruction judiciaire puisse enfin se dérouler normalement et sereinement.

Je constate qu’une nouvelle fois, des écoutes téléphoniques, dont on nous dit qu’elles viennent « tout juste d’être versées au dossier », sont sorties de leur contexte et publiées sans aucune précaution, ni vérification. Je souligne que Michel Tonon, maire de Salon de Provence et Président de l’Agglopôle a catégoriquement démenti une quelconque intervention de ma part dans ce dossier et il a apporté des précisions sur le fond qui démontrent incontestablement ses propos. De même, le directeur général des services de l’Agglopôle a confirmé qu’à aucun moment, je ne suis intervenu dans ce dossier au profit de mon frère. Je le répète, en ce qui me concerne je ne me suis jamais mêlé de cette affaire, ni de près, ni de loin. Je regrette les approximations et les amalgames relayés par la presse. Je note également que Mme Violette Lazard, journaliste au « Parisien », avait déjà dans un article publié le 3 février, avait annoncé, à tort, la mise en examen de fonctionnaires du Département. J’en arrive à m’interroger aujourd’hui sur l’utilisation médiatique et politique de cette instruction et sur les objectifs poursuivis par ceux qui n’hésitent pas à bafouer les règles qui président au bon fonctionnement de la justice afin d’essayer d’influer sur le choix des citoyens, alors que nous sommes à six semaines des élections cantonales »

Retour en haut de la page

4 Messages

  • Le 10 mars 2011 à 09:51, par

    Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi rien ne sort sur Gaudin et compagnie. Sont-ils vraiment tout blancs ? Cela m’étonnerait bien....

    • Le 11 avril 2011 à 11:38, par ernesto

      C’est facile de parler et de se prendre pour des héros quand la guerre est finie !si les corses n’ont pas parlé en 40 et encore ça reste à prouver,c’est aussi parce qu’ils n’étaient pas occupés par les nazis et qu’ils n’ont manqués de rien pendant cette époque !les Français ont autant d’honneur d’ailleurs il faut regarder et compter sur les monuments aux morts,combien de français se sont fait tuer je ne sais pas si beaucoup de corses ou autres exilés (pieds noirs par exemple) se sont portés volontaires pour aider la france à résister ?La délation ? la menace de mort de sa famille par les nazis peut faire parler beaucoup de gens.Il fallaity être pour comprendre !!!!!

  • Le 7 avril 2011 à 09:41, par bocograz

    L ensemble des politiques, hommes de justice , journalistes depuis des mois s’acharnent contre des soi -disant blanchiment de marchés truqués en mettant en évidence leur appartenance à un reseau "corse" et en comme je l’ai entendu dire faisant un amalgame entre corse et banditisme . je voudrais dire que je suis Corse fière de l’etre, non je ne tremble pas devant l’acharnement d’un juge en mal de médiatisation, oui chez moi c’est l’omerta parce que nous vivons dans une ile et que nous sommes peu ou prou liés (amis famille) mais nous condamnons aussi les pratiques scandaleuses de trafic de drogue , d’agressions sur enfants et personnes agées( ce qui en corse n’existe pratiquement pas !!!!)
    oui nous "lavons notre linge en famille" sans intervention de police ou gendarmes car il existe un sens de l’honneur que vous les français n’avaient plus !! petit rappel , la région corse a été la seule pendant la guerre à ne pas faire de la délation et des dénonciations ( à méditer)

    • Le 10 avril 2011 à 20:30, par colomba

      bonsoir
      sic ...pour les personnes âgées Comment pouvez vous dire qu’en corse les" agressions " n’existent pratiquement pas L’Ormerta oui c’est sûr J’ai connu 3 dames âgées ...très délaissées par leurs familles , Il n’y a pas plus de solidarité en Corse qu’ailleurs Désolée

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

France c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 565

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 730